Le jour où les Indignés ont gagné

Manuela Carmena lors de son discours au sommet de la côte de Moyano, à Madrid (Photo Pablo Blazquez Dominguez/Getty Images)

Manuela Carmena lors de son discours au sommet de la côte de Moyano, à Madrid (Photo Pablo Blazquez Dominguez/Getty Images)

« Ils n’ont qu’à se présenter aux élections », ironisaient, en mai 2011, les conservateurs face à la foule de milliers de citoyens indignés venus réclamer le changement, sur la Puerta del Sol de Madrid. Eh bien, quatre années presque jour pour jour après la création du Mouvement du 15 Mai, les Indignés ont remporté leur première victoire électorale. Manuela Carmena, l’ancienne juge anti-corruption, et Ada Colau, la militante anti-expulsion immobilière, seront probablement les prochaines maires de Madrid et Barcelone. Deux personnalités exemplaires qui contrastent avec la classe politique traditionnelle.

Ada Colau

La liste BComú emmenée par Ada Colau a obtenu 25% des voix à Barcelone

Même s’il reste le premier parti d’Espagne, le Parti Populaire, qui régnait jusque-là sans partage sur la plupart des municipalités, s’est pris une sacrée gifle lors des élections municipales et régionales de ce dimanche 24 mai. Il ne détient plus la majorité absolue et pourrait perdre 25 capitales de province si les forces d’opposition arrivent à s’entendre. À l’image d’Esteban Trueba à la fin de La Maison aux esprits,  les conservateurs, trop sûrs de leurs privilèges et de leur pouvoir, sont resté sourds aux cris de détresse de la population et ont persévéré, envers et contre tous, dans une politique fortement influencée par le franquisme. Aujourd’hui, leur arrogance s’est retournée contre eux. Par rapport aux élections de 2011, ils perdent près de 2,5 millions de votes.

La fin du bipartisme entérinée

Il faut dire que le paysage politique espagnol n’est plus le même qu’il y a quatre ans. La mobilisation entamée le 15 Mai 2011 a sonné le glas du bipartisme en place depuis l’instauration de la démocratie. Les Indignés ne se reconnaissaient pas dans le Parti Populaire aux idées ultra-conservatrices et aux élus corrompus, mais ils refusaient également de se tourner vers le Parti Socialiste qui a amené le pays à la ruine et dont nombre d’élus sont eux aussi inquiétés par la justice. La victoire écrasante du PP en 2011 fut d’ailleurs en grande partie due à l’appel du mouvement à boycotter les élections.

Mais depuis, les Indignés se sont institutionnalisés, certains ont profité de cet élan pour former leur propre mouvement politique : Podemos. En réaction, les sympathisants de droite se sont tourné vers une petite formation catalane au discours dynamique et anti-corruption : Ciudadanos. Les élections de dimanche ont confirmé cette redistribution des cartes. Ensemble le PP et le PS rassemblent à peine plus de 50 % de voix au niveau national. Il faudra désormais composer avec quatre formations principales : deux à droite et deux à gauche, un dinosaure de chaque côté.

À Madrid : le combat des cheffes

La course à la mairie de Madrid opposait deux femmes au parcours totalement opposé. Deux fortes personnalités. Deux grands-mères.

Pour faire face à la très conservatrice comtesse Esperanza Aguirre, 63 ans, ancienne présidente de la Communauté de Madrid, reine de la privatisation et du clientélisme, Ahora Madrid (union de Podemos, des écologistes d’Equo et de dissidents d’un parti d’extrême gauche) a misé sur Manuela Carmena, une ancienne juge anti-corruption à la retraite.

Son parcours exemplaire (elle a consacré sa vie au travail social), son ton posé qui détonnait lors des débats télévisés et son casier judiciaire vierge ont séduit plus d’un demi-million de Madrilènes qui lui ont accordé leur voix. Pendant toute la campagne, elle a été impressionnante. Contrairement à sa rivale, elle ne s’est rendue coupable d’aucun coup en dessous la ceinture. Et en tant qu’ancienne juge, elle s’évertuait à ne présenter que de propositions concrétisables légalement.

Cependant, à la stupéfaction générale, c’est bien la liste d’Esperanza Aguirre qui est arrivée en tête du scrutin avec 40.000 voix et 1 siège de député de plus que son plus proche rival. Pour mettre fin à 24 ans d’hégémonie conservatrice dans la capitale, Ahora Madrid pourra compter sur le soutien du Parti Socialiste – pourtant principale victime de l’avènement de Podemos. Les 9 sièges socialistes additionnés aux 20 de la formation de Manuela Carmena leur permettraient de s’installer à la mairie.

Ailleurs en Espagne, les mairies de Barcelone, Saragosse et Cadix pourraient aussi être dirigées par des candidats issus de la mouvance Podemos.

Esperanza Aguirre, la candidate conservatrice à la mairie de Madrid (AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Esperanza Aguirre, la candidate conservatrice à la mairie de Madrid (AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Un nouvel espoir sans Esperanza Aguirre

« Si se puede! » – Oui, c’est possible ! Cela fait quatre ans qu’ils le crient. Et hier soir, les partisans du changement l’ont crié avec d’autant plus de conviction quand Manuela Carmena est montée sur la scène dressée au sommet de la côte de Moyano, pas loin du musée du Prado. Il était presque minuit quand la foule compacte a enfin pu acclamer sa nouvelle star de 71 ans, celle qui a réussi a détrôner Esperanza Aguirre.

Décoiffée par les fortes bourrasques de vent, la candidate l’a joué modeste, comme à son habitude. « Il est clair que c’est la majorité pour le changement qui a gagné. Cette majorité, ce n’est pas Ahora Madrid ni aucune autre force politique pour le changement qui l’a gagnée. Ce sont les citoyens de Madrid« ,  a-t-elle déclaré. « Maintenant, le défi sera de faire de Madrid une ville décente, juste, équilibrée, dynamique et accueillante. »

Manuela Carmena s’est montrée optimiste et volontaire : « Beaucoup n’ont pas voté pour le changement. Il va falloir les convaincre que le changement vaut la peine (…) Nous allons [gouverner] tellement bien que nous allons les séduire. Et d’ici quelques années, ils nous diront que nous avions raison. »

La prochaine échéance électorale tombera avant la fin de l’année 2015. Il sera alors temps pour les Espagnols de se choisir un nouveau président.

Los-resultados-renidos-de-Madr_54431855847_53699622600_601_341

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s