Sous l’effet de la crise, de plus en plus d’Espagnols sombrent dans la pauvreté – La Tribune, 21/03/13

Robert Jules | 21/03/2013

Selon un rapport de Caritas, trois millions d’Espagnols, soit 6,4% de la population, ont sombré dans l’extrême pauvreté en 2012. L‘organisation caritative catholique met en garde contre les conséquences du creusement de la fracture sociale.

La récession économique que traverse l’Espagne est mensuellement illustrée par la publication d’un taux de chômage en hausse constante, qui en font un des plus élevés en Europe, à 26%. Un chômage qui frappe durement les jeunes, puisqu’un plus d’une personne sur deux de moins de 25 ans est sans emploi.

Cette situation a inévitablement des conséquences pour la population. Ainsi, un rapport publié mercredi parl’organisation caritative catholique Caritas, intitulé « Inégalité et droit sociaux », fournit des indications sur l’évolution en hausse de la pauvreté. En 2012, 3 millions de personnes (sur une population d’un peu plus de 46 millions) se trouvaient en situation d’«’extrême pauvreté », soit 6,4% de la population. Il y a cinq ans, lorsqu’é débuté la crise financière mondiale, ce taux s’élevait à 4%.

« Il sera de plus en plus difficile de sortir de l’exclusion »

Selon les critères européens (Eurostat), ce statut correspond  à un revenu annuel inférieur à 30% du revenu moyen, soit en Espagne 3.650 euros par an (304 euros par mois). Il est surtout le dernier stade avant l’exclusion sociale.

« L’augmentation de l’inégalité sociale témoigne d’une société fracturée. Avec le temps, il sera de plus en plus difficile pour les personnes qui se sont appauvries de sortir de l’exclusion », a alerté le secrétaire général de Caritas Espagne, Sebastian Mora, lors de la présentation du rapport, cité par l’AFP.

Les inégalités sociales se sont creusées de 30% depuis 2006

Sur un plan plus général, le revenu familial moyen en 2012 est revenu à son niveau de 2001, atteignant 18.500 euros en 2012. Autrement dit, une décennie vient d’être effacée. Une baisse qui s’explique par la conjugaison d’une hausse des prix de 10% et une baisse des salaires de 4%.

Surtout, cette crise ne touche pas la population uniformément. Elle divise encore plus le pays avec un accroissement des inégalités sociales. Selon Caritas, l’écart entre pauvres et riches aurait augmenté de de 30% depuis 2006.

Ainsi, les revenus moyens des 20% les plus pauvres étaient en 2012 sept fois inférieurs à ceux des 20% les plus riches.

10 millions d’Espagnols dans une « pauvreté relative »

Quant aux Espagnols qui sont dans une « pauvreté relative », leur part atteint 21,8% de la population en 2012, contre 19,6% de 2008. Cela représente 10 millions d’Espagnols.

La « pauvreté relative », selon Eurostat qui prend comme seuil les 60% du revenu médian national, s’établit à un revenu annuel inférieur à 7.300 euros (soit 608 euros par mois). Ou encore 15.330 euros pour un couple avec deux enfants.

Cette crise a une autre conséquence, celle de développer l’émigration vers d’autres pays qui offrent des possibilités d’emploi. Ainsi au 1er janvier 2013, il y avait 1,93 million d’Espagnols installés à l’étranger, un chiffre en hausse de 6,3% sur un an. Selon les données de l’Institut national des statistiques espagnol, 450.000 Espagnols ont quitté le pays depuis 2008 pour s’installer à l’étranger. Sur ces quelque 2 millions partis vers des cieux plus cléments, 1,2 million seraient partis en Amérique (du sud et du nord) et 600.000 en Europe.

Sous l’effet de la crise, de plus en plus d’Espagnols sombrent dans la pauvreté La Tribune, 21/03/13

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s